Le CNRS est un frein à l'action climatique

Juillet 2019

J'ai écrit ceci en commentaire sur la vidéo (https://lejournal.cnrs.fr/videos/le-carburant-du-futur-sera-t-il-une-poudre-metallique#comment-1358)[Le carburant du futur sera-t-il une poudre métallique ?] du CNRS.

Le texte

J'aimerais exprimer mon désaccord avec le ton de cette vidéo.

Il y a une croyance très fortement ancrée dans la population, et qui est un réel frein à l'action climatique; c'est la croyance que la technologie va permettre de faire tout comme maintenant, mais de façon propre.

Vous devriez être beaucoup plus clair à ce propos : ce genre de technologies ne seront pas sur le marché avant plusieurs décennies (si même elles arrivent un jour). Or nous ne disposons pas de ce temps.

Autrement dit, cette histoire de poudre métallique ne change strictement rien aux décisions à prendre pour au moins 2020-2050.

L'objectif climatique de réduire de 60% les émissions planétaires d'ici 2050 doit être atteint sans recours à des technologies actuellement en labo; simplement parce que 30 ans entre le labo et l'industrie, est un délais très classique [2]. Ce qui est actuellement en labo pourra peut-être servir pour l'objectif de neutralité 2100.

Cette remarque est valable pour énormément de vos articles, qui donnent un ton de «solutionnisme technologique» très dommageable pour l'action climatique.

[2] La première pile à hydrogène a fonctionné en 1830; deux siècles entiers entre le labo et l'industrie.

Mot de passe

En créant mon compte, le CNRS a jugé que